Le liège : De l'arbre à la plaque pour les bâtiments

Le chêne-liège est un arbre unique en son genre car son écorce, le liège, se régénère une fois extraite. Ainsi on ne coupe pas les chênes pour récolter le liège, seule l’écorce est prélevée au plus tôt tous les 9 ans.

 

Le cycle de vie du liège en tant que matière-première commence par l’extraction de l’écorce du chêne-liège. Cette opération d’écorçage se dénomme «levée du liège», et commence mi-mai-début juin pour finir au mois d’août.

L’écorçage est le début du processus qui consiste à retirer l’écorce extérieure de l’arbre :

 

-      Ouverture : Pour procéder, le leveur choisit les fentes naturelles de l’écorce les plus profondes et enfonce la hache entre le tronc et le bois, afin de décoller le liège du tronc. Si le liège cède au coup et se décolle facilement, on entendra un son caractéristique de déchirement. Quand le liège résiste et a du mal à se décoller, la hache émet un son court, ferme et sec.

 

-      Séparation : Ensuite, le leveur sépare la plaque de liège en introduisant le tranchant de la hache entre le ventre (la mie) de la planche et la mère (couche qui se trouve dessous l’écorce et couvrant le bois du tronc). Puis, il exécute avec la hache un mouvement de torsion entre le tronc et le liège que l’on veut séparer.

 

-      Découpage : En coupant dans l’horizontal, on délimite la plaque de liège qui va être décollée de l’arbre et on limite déjà la partie du liège qui va rester sur l’arbre. Durant cette découpe qui est une opération délicate, l’arbre ne doit pas être meurtri au niveau de la mère, ces blessures pouvant laisser parfois des cicatrices qui changeraient la géométrie du tronc.

 

-      Extraction : Les plaques de liège sont soigneusement retirées de l’arbre pour éviter des cassures. La valeur commerciale de la planche dépendra, évidemment, de sa dimension ; plus grande est la planche plus elle vaut. C’est la dextérité et l’expérience du leveur qui déterminent le succès dans l’obtention d’une plaque de liège entière sans cassures. Une fois extraite la première planche, les opérations précédentes se répètent pour libérer tout le tronc de son écorce.

 

-      Marquage : Finalement, on fera le marquage de l’arbre, en marquant sur le tronc écorcé, avec de la peinture blanche, le dernier chiffre de l’année de la levée.

 

Par la suite, les plaques de liège sont empilées sur des aires spécifiques au sein des usines de transformation où elles resteront exposées à l’air libre au moins 6 mois.
 

Le bouillage : Le liège est bouilli dans de grandes cuves remplies d'eau à ébullition, pendant environ 1 heure. Cela permet de nettoyer les planches de liège, d’en extraire certains sels minéraux et tanins, d’augmenter leur épaisseur en réduisant leur densité, de les rendre plus souples et élastiques. Le bouillage va redresser de façon permanente les ondulations du liège pour permettre la transformation en plaques.

La stabilisation : les planches ainsi bouillies vont ensuite être laissées en repos pendant une durée plus ou moins longue. Durant ce repos le liège se stabilisera dimensionnellement et atteindra la bonne consistance pour pouvoir être transformé en plaques de liège.

Tags: